c’est comme le Q chez les ados : on est obsédé