L’école a raté le virage numérique 7 nov 2019

L’école a raté le virage du numérique-07112019

L’école a raté le virage numérique 7 nov 2019 GHI pedagogy Geneva learning teaching MITIC

123RF/TYLER OLSON

ENSEIGNEMENT – Numérique à l’école: les raisons de la colère
• Enseignants incompétents, faible niveau des élèves, absence de collaboration avec le secteur privé. Le Groupement romand de l’informatique torpille l’enseignement du numérique dans les écoles publiques. Face à ces attaques, le Département de l’instruction publique (DIP) ironise mais tarde à revoir sa copie.

 

 

 

 

 

Genève

20 août 2019 20:32; Act: 20.08.2019 20:32 Print

L’école genevoise met le paquet sur le numérique

par Jérôme Faas – A la rentrée, des dizaines de projets pilotes seront testés avec les élèves du bout du lac.

Le Canton veut former les élèves au numérique mais tient absolument à éviter qu’ils passent tout leur temps devant des écrans. (Photo: Fatcamera)

Genève: L’Etat veut des millions pour le numérique à l’école
·       Genève: Le Canton prépare l’école numérique «de 2050»
·       Genève: Le numérique frappe aux portes de l’école
·       Enseignement: Hausse du nombre d’élèves à Genève
·       Rentrée scolaire vaudoise: Une école inclusive, formatrice… et sans natel

Une faute?

L’institution scolaire intensifie son virage numérique. En avril, le Département de l’instruction publique (DIP) déposait deux projets de loi pour équiper les classes du primaire et du secondaire de matériel mobile et de wifi (21 millions d’investissement pour notamment acheter 20’000 tablettes). Hier, il a annoncé le lancement lundi, à la rentrée, de 38 projets pilotes en lien avec cette thématique.

Elèves toujours plus nombreux
La démographie continue à remplir les écoles. A Genève, 76893 élèves seront accueillis lundi, 1172 de plus que l’an passé. Le primaire est très sollicité, avec 863 bambins supplémentaires. Le canton de Vaud voit aussi ses effectifs gonfler: ils atteignent 126’982 élèves. Par rapport à 2018, l’école obligatoire en absorbe 1000 de plus. C’est au postobligatoire que la hausse est la plus spectaculaire: 36’500 jeunes s’y formeront, contre 31’380 l’an passé.

Tous proposés par des enseignants, ils sont très variés: création d’émissions radio; travail sur d’anciennes éditions numérisées des fables de La Fontaine; formation à l’utilisation intelligente des smartphones; impression 3D en collaboration avec des maîtres d’art; utilisation de tablettes pour les élèves dyslexiques, etc. «Les enseignants ont toujours mené des tests, explique le secrétaire général adjoint Nicolas Tavaglione. Mais c’est la première fois que ces initiatives sont fédérées.» Elles seront évaluées en fin d’année.

Le haut fonctionnaire précise cependant que le DIP est «très soucieux de ne pas donner des tablettes juste pour être à la mode. L’outil doit vraiment être utile, apporter une plus-value.» Il indique que, dans cet ordre d’idées, le numérique est aussi enseigné de manière débranchée. Et qu’il existe «un gros volet préventif. On veut rendre les élèves attentifs aux dangers médicaux et sociaux qu’ils courent. Il ne s’agit surtout pas de les mettre toute la journée devant les écrans, mais de les armer afin qu’il puissent se positionner de manière éclairée face à la déferlante du numérique.»

 

éducation

La fronde d’un député genevois contre le numérique à l’école

 

Jean Romain, president du Grand Conseil genevois (PLR).
© Martial Trezzini/Keystone

Jean Romain, président du Grand Conseil et ancien professeur, part en guerre contre le virage numérique à l’école genevoise. Il y voit une menace pour l’avenir du livre

A contretemps et anti-modes. Le président du Grand Conseil, Jean Romain, PLR et pourfendeur des nouvelles pédagogies à l’école, part en guerre contre le numérique à l’école genevoise. Il a déposé une question écrite urgente au Conseil d’Etat sur l’avenir du livre à l’école, qu’il estime menacé par «l’introduction massive du numérique».

Le Département de l’instruction publique (DIP) a en effet déposé deux projets de loi réclamant 22 millions de francs afin d’investir dans des outils numériques, tablettes et wi-fi, à l’école obligatoire. En novembre dernier, le DIP avait annoncé sa volonté d’enseigner le numérique (les fondements de l’informatique et les bases de la programmation), mais aussi de l’utiliser comme un moyen censé favoriser la collaboration des élèves et le travail par projets.

ADVERTISING

Lire aussi: Le numérique s’invite au royaume des tableaux noirs

«Après l’école inclusive, dont on ne parle plus beaucoup, voici l’école numérique, nouveau dada d’Anne Emery-Torracinta», ironise Jean Romain. Mais l’effet de mode n’est pas ce qui dérange le plus cet ancien professeur: «Si on met des tablettes à disposition des élèves, ils téléchargeront des livres. Or leur version numérique est une version dégradée de l’imprimé. L’école ne doit pas favoriser ce transfert, d’autant plus que chez les jeunes élèves, l’usage immodéré des écrans crée un handicap en termes de capacité de concentration. C’est donc un choix pédagogique irrationnel.» Il y voit aussi un frein au «prêt, tradition pluriséculaire», et rappelle enfin que le livre numérique stagne à 3% de parts de marché. Ce qui lui permet d’affirmer que «l’avenir du livre, c’est le livre».

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

«Il ne faut pas être hypnotisé par l’outil»

Ce que ne conteste pas Julien Nicolet-dit-Félix, du syndicat des enseignants du cycle d’orientation (Famco), lequel prendra position sur le numérique à l’école lors de sa prochaine assemblée: «Je peux suivre Jean Romain sur un point: il ne faut pas être hypnotisé par l’outil. En français par exemple, rien ne sert de lire un livre sur écran plutôt que sur papier. En revanche, il peut être intéressant d’utiliser la tablette pour chercher le nombre d’occurrences d’un mot. Les craintes de Jean Romain sont déclamatoires.»

De son côté, le DIP fait savoir qu’il réserve sa réponse au Grand Conseil. En novembre dernier, il n’avait pas été plus précis sur la façon dont seront utilisées ces tablettes. «Et pour cause, s’insurge Jean Romain, puisqu’il ne fait que suivre une mode sans questionner sa pertinence. Or il est faux de croire qu’on apprend mieux par le numérique, comme il est faux de penser que l’école inversée va être la panacée.»

Appréhender le numérique de façon critique

Pour l’heure, le député porte le combat tout seul. Il faut dire que son parti s’est positionné en faveur de l’évolution numérique à l’école et qu’il ne se trouve pas grand monde ailleurs pour contester un mouvement jugé inéluctable. D’autant plus que pour ceux qui soutiennent cette évolution, il s’agit aussi de maîtriser l’outil pour s’en défendre.

Comme beaucoup d’enseignants, Julien Nicolet-dit-Félix est persuadé qu’il est nécessaire d’appréhender de façon critique le numérique, afin d’éviter aux élèves de devenir les idiots utiles des géants GAFA. «Mais nous n’avons pas attendu l’initiative du DIP pour empoigner ces sujets, qui figurent déjà au plan d’études médias images», précise-t-il. S’il salue globalement cette évolution, il s’inquiète comme praticien: «Certains cycles d’orientation où le numérique est déjà très présent souffrent de l’obsolescence du matériel et du manque de maintenance. Nous peinons par exemple à remplacer les périphériques. D’autres cycles manquent de salles d’informatique. Décréter le passage au numérique requiert aussi des moyens que nous n’obtenons pas forcément.» Ce n’est pas Jean Romain qui s’en plaindra.

Anne Emery-Torracinta

 

Numérique

Enseigner et apprendre à l’ère numérique est un défi pour l’école genevoise qui se doit de proposer un enseignement de qualité en phase avec notre temps.

L’école doit rendre compte de la place du numérique dans les savoirs et dans la société ainsi que des changements qu’elle induit. Elle doit enseigner aux élèves ce nouveau langage, ainsi que les possibilités qu’il offre de penser le monde et d’orienter leur action, tout comme elle se doit de leur en montrer les limites et les dangers. Il ne s’agit pas de diminuer l’importance accordée aux apprentissages fondamentaux mais d’offrir des outils complémentaires pour développer les capacités des élèves et leur autonomie. Dans cette perspective, le DIP développe également l’équipement numérique des écoles.

En savoir plus

Réalisations et projets

Travaux en cours pour l’intégration de l’enseignement de l’informatique dans l’ensemble du parcours scolaire. Une cheffe de projet a été nommée et le travail porte tant sur les outils que sur les ressources, les contenus et la formation des enseignants. D’ici le printemps 2018 le département communiquera sur sa stratégie numérique.

Réponse positive du DIP au printemps 2017 à une consultation de la CDIP concernant l’introduction d’un enseignement d’informatique généralisé en maturité gymnasiale. Des travaux sont à présent en cours en vue d’une modification de la grille horaire du Collège de Genève.

Au cours de la législature, développement de l’équipement numérique dans les écoles :

  • Dans l’enseignement primaire, un tiers des classes disposent du Wi-Fi. Le déploiement des tablettes est en cours (13 écoles pilotes, soit 167 classes et quelques 1’000 tablettes) de même que celui des tableaux blancs interactifs (23 écoles sont équipées de 220 tableaux interactifs).
  • Au CO et au Secondaire II, l’ensemble des classes disposent du système de projection interactif (SPI) depuis la rentrée 2017. Il est prévu de déployer le Wi-Fi dans l’ensemble des classes dès 2018 (sous réserve de l’adoption du projet de loi y relatif).

Création et déploiement d’une campagne de prévention sur le thème “ma vie numérique” à l’attention des élèves de l’enseignement obligatoire.

Dans le cadre de la sensibilisation aux usages du numérique et de la prévention contre le cyber-harcèlement, intervention du Service école-médias (SEM) via des modules destinés aux élèves.

Création d’une offre de formation continue sur le numérique destinée aux enseignants et dispensée en ligne.

Revue de presse

28.06.2018 – Tribune de Genève – Le numérique à l’école, un axe fort

 

Tribune de Genève

 

28/06/2018

Le numérique à l’école: un axe fort

Anne Emery-Torracinta signe une tribune libre sur le numérique qui, “au même titre qu’il a bouleversé nos vies, est en passe de transformer l’école genevoise en profondeur”.

05.10.2017 – Tribune de Genève – Le Wi­-Fi se répand à l’école. Avec quels garde­-fous?

 

Tribune de Genève

 

05/10/2017

Le Wi-­Fi se répand à l’école. Avec quels garde­-fous?

Développer l’enseignement numérique et devenir une référence en la matière. C’est la volonté affichée du Département de l’instruction publique, de la culture et du sport (DIP). Pour cela, il veut notamment installer le Wi-Fi dans tous ses établissements.

2017.09.11 – Tribune de Genève – Éducation au numérique : Genève veut être une référence

 

Tribune de Genève

 

11/09/2017

Éducation au numérique: Genève veut être une référence

Entretien avec Anne Emery-Torracinta et Marie-Claude Sawerschel, Secrétaire générale du DIP, sur la volonté de développer à Genève, au-delà de l’équipement informatique, l’enseignement de la culture numérique à l’école.

2017.06.16 – Le Temps – Il est urgent d’introduire l’informatique au gymnase

 

Le Temps

 

16/06/2017

Il est urgent d’introduire l’informatique au gymnase

Anne Emery-Torracinta estime qu’il convient de ne pas manquer le train de la culture numérique pour éviter de faire de nos élèves et étudiants des «analphabètes» en informatique.

·  ·  ·  ·  Numérique

Enseigner et apprendre à l’ère numérique est un défi pour l’école genevoise qui se doit de proposer un enseignement de qualité en phase avec notre temps.

L’école doit rendre compte de la place du numérique dans les savoirs et dans la société ainsi que des changements qu’elle induit. Elle doit enseigner aux élèves ce nouveau langage, ainsi que les possibilités qu’il offre de penser le monde et d’orienter leur action, tout comme elle se doit de leur en montrer les limites et les dangers. Il ne s’agit pas de diminuer l’importance accordée aux apprentissages fondamentaux mais d’offrir des outils complémentaires pour développer les capacités des élèves et leur autonomie. Dans cette perspective, le DIP développe également l’équipement numérique des écoles.

En savoir plus

Réalisations et projets

Travaux en cours pour l’intégration de l’enseignement de l’informatique dans l’ensemble du parcours scolaire. Une cheffe de projet a été nommée et le travail porte tant sur les outils que sur les ressources, les contenus et la formation des enseignants. D’ici le printemps 2018 le département communiquera sur sa stratégie numérique.

Réponse positive du DIP au printemps 2017 à une consultation de la CDIP concernant l’introduction d’un enseignement d’informatique généralisé en maturité gymnasiale. Des travaux sont à présent en cours en vue d’une modification de la grille horaire du Collège de Genève.

Au cours de la législature, développement de l’équipement numérique dans les écoles :

  • Dans l’enseignement primaire, un tiers des classes disposent du Wi-Fi. Le déploiement des tablettes est en cours (13 écoles pilotes, soit 167 classes et quelques 1’000 tablettes) de même que celui des tableaux blancs interactifs (23 écoles sont équipées de 220 tableaux interactifs).
  • Au CO et au Secondaire II, l’ensemble des classes disposent du système de projection interactif (SPI) depuis la rentrée 2017. Il est prévu de déployer le Wi-Fi dans l’ensemble des classes dès 2018 (sous réserve de l’adoption du projet de loi y relatif).

Création et déploiement d’une campagne de prévention sur le thème “ma vie numérique” à l’attention des élèves de l’enseignement obligatoire.

Dans le cadre de la sensibilisation aux usages du numérique et de la prévention contre le cyber-harcèlement, intervention du Service école-médias (SEM) via des modules destinés aux élèves.

Création d’une offre de formation continue sur le numérique destinée aux enseignants et dispensée en ligne.

 

Enseigner et apprendre à l’ère numérique

Version 3 validéeOctobre 2016

 

Ge.ch › ch › edu › files › fichiers_plan_mitic › plan_directeur_mitic

Enseigner et apprendre à l’ère numérique – Espace Ecole

 

3 oct. 2016 – Anne EmeryTorracinta. 3 …. Les MITIC dans les plans d’études à Genève . ….. Enseigner et apprendre à l’ère numérique est un défi pour l’école … en pleine mutation, il est du devoir de l’institution scolaire de proposer un enseignement de qualité en phase avec notre temps, de former des citoyens …

More infos :

http://www.ict-21.ch/l4d/pg/file/read/921356/lecole-a-rate-le-virage-numerique-7-nov-2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

About Raymond Morel (2490 Articles)
Raymond Morel is a member of the Board of Directors at SI and is President of Social-IN3, a cooperative of a researchers’ convinced of the need to address new challenges of today's Information Age, which is slowly and surely modify the entire society.

Laisser un commentaire