Le Monde-17102018-« Il faut nous préparer au possible avènement d’une intelligence artificielle de niveau humain »

« Il faut nous préparer au possible avènement d’une intelligence artificielle de niveau humain »

Dans une tribune adressée au « Monde », le mathématicien Lê Nguyên Hoang explique qu’il serait imprudent d’exclure qu’une machine nous surpasse dans un avenir proche.

Publié le 17 octobre 2018 à 11h00 – Mis à jour le 17 octobre 2018 à 14h35 Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Tribune. En 1970, Marvin Minsky annonce que « d’ici trois à huit ans, nous aurons une machine avec l’intelligence générale d’un être humain moyen ». Minsky était loin d’être un abruti. Il était alors l’expert mondial en intelligence artificielle. Cependant, sa prédiction était très ­erronée. Depuis, il est devenu courant pour les critiques de moquer les ­prédictions des experts, et pour les experts de ne pas se risquer à effectuer des prédictions.Toutefois, depuis, les intelligences artificielles ont envahi nos vies. A l’échelle individuelle, elles gèrent nos spams, nous suggèrent des films, ­répondent à nos questions sur le Web, organisent notre consommation de l’actualité et complètent nos messages WhatsApp. A l’échelle de la société, ­elles aident les recruteurs à filtrer les CV des candidats, ajustent les productions et consommations énergétiques, ciblent les campagnes marketing des entreprises et des politiciens, calculent les prix des assurances et détectent les fraudes des utilisateurs.

Cette révolution semble nous avoir pris de court. Ce n’est souvent qu’après le déploiement de ces technologies qu’on s’est rendu compte qu’elles ­posaient des problèmes de confidentialité des données privées, de biais discriminatoires et de bulles d’information. Il semble y avoir urgence à mieux anticiper ces conséquences préoccupantes des intelligences artificielles d’aujourd’hui, afin de mettre en place des régulations ou des garde-fous.

Cependant, il serait malencontreux de ne penser qu’aux intelligences ­artificielles d’aujourd’hui, sachant la vitesse du progrès actuel de la recherche dans le domaine. L’année 2018 a ainsi vu l’émergence de technologies que les experts de 2017 auraient eu bien du mal à prédire, des prouesses en synthèse d’images de Nvidia à ­celles de l’assistant téléphonique Google Duplex. Toute régulation se doit d’anticiper l’émergence des technologies des années à venir.

« Il nous faut tous prendre la mesure de l’étendue de notre ignorance sur le futur de l’intelligence artificielle »

Dans ce contexte, il semble imprudent de ne pas essayer d’anticiper le progrès des intelligences artificielles pour empêcher leurs déviances potentielles, plutôt que de les corriger tant bien que mal après-coup. Il est temps pour les experts de se risquer à prédire les futurs probables des intelligences artificielles. Et pour les critiques, de cesser de les moquer.

La principale remarque à faire, c’est qu’il s’agit là d’une tâche incroyablement difficile. On l’a vu, même Marvin Minsky s’était complètement planté. Il a très largement surestimé le progrès. Cependant, il ne faudrait pas conclure de cet exemple que tous les experts ­surestiment tout le temps le progrès.

La suite est réservée aux abonnés……

Le Monde-17102018-« Il faut nous préparer au possible avènement d’une intelligence artificielle de niveau humain »

About Raymond Morel (2004 Articles)
Raymond Morel is a member of the Board of Directors at SI and is President of Social-IN3, a cooperative of a researchers’ convinced of the need to address new challenges of today's Information Age, which is slowly and surely modify the entire society.

Laisser un commentaire